Accueil > Actualités > Non à Bertrand Cantat au festival Papillons de nuit

Non à Bertrand Cantat au festival Papillons de nuit

lundi 12 mars 2018, par clas

Non à Bertrand Cantat au festival Papillons de nuit
M.Franck ESNOUF, et R.O.C. en Baie

Le Vendredi 18 Mai 2018, vous invitez Bertrand Cantat à venir jouer lors de votre Festival Papillons de nuit. Votre invitation a des conséquences. En mettant en lumière Bertrand Cantat, vous banalisez les violences faites aux femmes et vous les cautionnez.

Faut-il vous rappeler que Bertrand CANTAT a tué en 2003 sa compagne, Marie Trintignant, à Vilnius en Lituanie ?

Faut-il vous rappeler qu’en 2010, Kristina Rady, son ex-épouse et sa compagne de l’époque, s’est suicidée par pendaison à son domicile (était présent Bertrand Cantat) ? Lettres, témoignages et enregistrement* s’accumulent depuis 8 ans, prouvant les violences infligées par le chanteur.

Faut-il vous apprendre qu’aujourd’hui, une femme vient de déposer une main courante contre lui "pour se protéger" ?

Faut-il vous rappeler comment vous présentez Bertrand Cantat pour communiquer sur votre festival ? Comme un homme "qui n’a rien perdu de son spleen, de sa rage et de son esprit critique" ; comme quelqu’un "de sombre et poétique, parfois mélancolique et énervé" ?

M.Franck ESNOUF, et R.O.C. en Baie,

En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint (chiffre qui n’inclut pas les nombreux suicides de femmes victimes de violences conjugales). Il est insupportable de présenter un meurtrier comme un homme en souffrance, qui a "le spleen". Il est insupportable de présenter un meurtrier sous l’image romantique du poète.

Tuer une femme n’est pas romantique. Pousser une femme au suicide n’est pas romantique. Harceler une femme n’est pas romantique.

M.Franck ESNOUF, et R.O.C. en Baie, votre invitation a des conséquences. En invitant Bertrand Cantat, vous cautionnez les violences conjugales et les violences faites aux femmes. Des enfants, des adolescents, des hommes et des femmes vont participer à votre festival : plus de 70 000 personnes seront présentes. Des jeunes qui grandiront avec l’idée que, des hommes qui partiront de votre festival avec l’idée que, des femmes qui écouteront de la musique avec l’idée que : Qu’un homme peut tuer des femmes et jouer tranquillement de la musique pour des milliers de spectateurs. Qu’un homme peut tuer des femmes, faire quelques mois de prisons puis être applaudi, acclamé et admiré.

Les violences faites aux femmes ne pourront être éradiquées de notre société tant que les festivals comme le votre mais aussi les festivals de cinéma, les émissions télé, ou toutes autres grandes manifestations récompenseront et inviteront des meurtriers, des violeurs ou des criminels à être acclamés et présentés au public comme des idoles.

M.Franck ESNOUF, et R.O.C. en Baie,

Nous vous demandons de prendre conscience des conséquences de votre invitation.

*plus d’infos ici :

- https://www.youtube.com/watch?v=bmUzl1e_cW4

- http://www.elle.fr/Societe/News/Kristina-Rady-que-s-est-il-vraiment-passe-avec-Bertrand-Cantat-3582758

SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE :
https://www.change.org/p/non-%C3%A0-bertrand-cantat-au-festival-papillons-de-nuit


Une lettre appelle Françoise Nyssen à prendre ses responsabilités
Valérie DONTENWILLE

3 Mars - Lettre ouverte

Madame la Ministre de la Culture, Monsieur le Président du conseil régional de Normandie, Monsieur le Président du conseil départemental de la Manche, Monsieur le Président de la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie, Monsieur le Président de l’Intercom du bassin de Villedieu, Monsieur le Maire de Saint-Laurent-de-Cuves, Monsieur le Président du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Seine-Normandie et Monsieur le Directeur Général de Tricots Saint James. nous demandons votre attention et sollicitons votre écoute.

Vendredi 18 mai 2018, le festival Papillons de nuit invite Bertrand Cantat à se produire sur scène. Ce festival, qui accueillera plus de 70 000 personnes, a ainsi pris le parti de mettre en lumière cet homme. Artiste français, il est devenu le symbole des violences conjugales le 1er août 2003 lorsqu’il a, de ses mains, tué sa compagne Marie Trintignant, artiste elle aussi. Depuis cette date et celle de sa sortie de prison, rien ne laisse entendre que Bertrand Cantat se soit remis en
question, bien au contraire, et les témoignages de son extrême violence à l’encontre des femmes se multiplient ces derniers temps.

Depuis deux semaines, plus de 68 000 personnes ont déjà exprimé, par le biais d’une pétition, leur volonté de voir annulée la venue de Bertrand Cantat au festival Papillons de nuit. Les arguments sont clairs : cessons de présenter Bertrand Cantat comme un artiste maudit. Cessons de promouvoir lors d’événements publics, financés notamment par des deniers publics, des hommes qui se sont rendus coupables de féminicides et de violences extrêmes sur des femmes ;
des hommes qui, sans oser affronter l’ignominie et l’irréparable, se présentent encore trop souvent en victimes.

Sans modifier un seul mot du texte de présentation de Bertrand Cantat sur le site du festival, les organisateur·rice·s ont répondu par un communiqué confirmant le maintien de ce concert dans leur programmation. Il·elle·s considèrent que leur seul critère de choix doit être celui de l’artistique. Or, s’il·elle·s programment un « artiste qui a écrit une page de l’histoire du rock français », il·elle·s programment aussi un homme qui a écrit une page de l’histoire des violences
faites aux femmes. Pouvons-nous considérer qu’il ne s’agit que d’un détail de sa biographie ?

Le festival Papillons de nuit, « véritable pilier culturel de la région » Normandie, réunit 70000 spectateur·rice·s, plus de 1300 bénévoles et participe au rayonnement de la région. L’association R.O.C en Baie, responsable de son organisation, ne peut se définir comme « un simple acteur culturel du territoire », tel que décrit dans son communiqué. Un festival d’une telle envergure a une responsabilité indéniable qui dépasse largement tout cadre artistique. En effet, et
nous reprenons ici les termes de leur propre présentation, Papillons de nuit c’est « une identité et des valeurs fortes, un événement social et solidaire, un événement culturel d’envergure nationale ».

En tant que partenaire de ce festival vous participez à son financement, lui apportez une caution politique, morale et institutionnelle, vous y associez votre image et légitimez, de fait, les messages diffusés dans ce cadre. Il serait fallacieux de considérer que nous voulons sacrifier la liberté de création sur l‘autel de la lutte contre les violences faites aux femmes. Il n’est pas question ici d’opposer ces deux combats, pas plus qu’il n’est question d’une quelconque volonté de censure. C’est au nom de la liberté d’expression que nous réclamons d’être entendu·e·s et vous demandons de prendre position dans le débat qui nous occupe aujourd’hui : Pensez-vous que les violences faites aux femmes pourront un jour cesser tant que des manifestations continueront à banaliser sans réserve l’expression d’hommes qui ont commis des viols, des meurtres ou des féminicides, invitant le public à les acclamer comme des idoles ?

Nous savons tou·te·s le poids que prennent les positions d’artistes face à l’injustice dans la société et il·elle·s sont nombreux·ses à utiliser leur audience et leur notoriété pour interpeller, dénoncer ou alerter. Dans ce cadre, le maintien de la programmation de Bertrand Cantat constitue, lui aussi, une prise de position de la part des organisateur·rice·s.

Si personne ne dénie ici à Bertrand Cantat son talent artistique, nous ne voulons pas oublier ses victimes pas plus que nous ne voulons taire le combat de celles et ceux qui s’engagent, au quotidien, pour un monde meilleur où les femmes vivront dans le respect et la sécurité dus à tout être humain.

En tant que citoyen·ne·s, nous refusons d’accepter en silence cette programmation et vous demandons de bien vouloir prendre les responsabilités relatives à vos fonctions qui vous engagent contre les violences faites aux femmes. Et puisqu’il est de votre pouvoir, et de notre devoir à tou·te·s, de porter et soutenir ces valeurs universelles, nous vous demandons de vous positionner - comme d’autres ont eu le courage de le faire auparavant, tel le Maire de Saint-Nazaire lors de la
programmation du même artiste au festival Les Escales - et de vous désolidariser de cette entreprise.

Veuillez agréer Madame, Messieurs l’assurance de notre profond respect.

Collectif Citoyenne Féministe, Femmes Solidaires, La Marche mondiale des Femmes, Le comité Droit des femmes de la Manche, Halte Aide Femmes Battues, Les Effronté·es, Brisons le silence, SOS Les Mamans, Les Tenaces - Collectif de femmes de cirque, #Jesuisfeminicidophobe, Femmes positives, Clara Mag, Karine Plassard, Sophia Antoine, Yael Mellul et Lise Bouvet.

Contact : Collectif Citoyenne Féministe : https://www.facebook.com/Citoyenne-F%C3%A9ministe-150318105649697/

SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE :
https://www.change.org/p/non-%C3%A0-bertrand-cantat-au-festival-papillons-de-nuit/u/22457495

Partager