Accueil > Actualités > Loi Travail : toutes concernées, toutes mobilisées !

Loi Travail : toutes concernées, toutes mobilisées !

mardi 14 juin 2016, par clas

Solidaires et Égales

Journal de la commission Femmes de Solidaires

La philosophie de la loi Travail repose sur l’inversion de la hiérarchie des normes, inversion qui fera primer les accords d’entreprises sur les accords de branches ou sur la loi.

Lorsqu’on regarde les secteurs où les femmes sont concentrées, on se rend compte que dans une majorité de ces secteurs, les conditions de travail sont très difficiles (nettoyage, services, commerces...) et que ce sont également des lieux où le syndicalisme est peu implanté. Autrement dit, cette inversion de la hiérarchie des normes viendra fragiliser ou imposer encore plus des reculs sociaux avec des accords au rabais.

Autre élément impliquant cette inversion de la hiérarchie des normes : l’égalité professionnelle. Inscrite dans la loi, imposée par cette dernière aux patrons (mais parfois aussi aux syndicalistes !) il va sans dire qu’elle sera d’autant plus compliquée à faire valoir dans les entreprises avec cette nouvelle loi. Déjà la loi Rebsamen avait noyé le Rapport de Situation Comparée dans un autre document, outil pourtant indispensable pour décrypter les inégalités afin d’agir !

Autre facteur d’inégalité, la flexibilité. En attaquant le temps de travail, on touche à un élément fondamental pour les femmes car elles ont toujours plus en charge du travail domestique. Et cela pèse sur le quotidien, quand il faut s’organiser entre le boulot, la gestion des enfants, la gestion de la maison... Aussi, avec cette loi qui veut augmenter la durée maximum hebdomadaire du travail, aggraver la modulation du temps de travail, réduire les délais de prévenance pour les horaires etc., on voit tout de suite quelles vont être les conséquences désastreuses pour les salariées.

D’autres mesures sont inacceptables : toucher à la durée et à la modalité des congés, les faire dépendre de l’entreprise où l’on travaille participe à un dumping social d’un autre siècle ! Faciliter les licenciements pour toutes celles (et tous ceux) qui ne pourront pas s’adapter à la rentabilité voulue par l’entreprise, est encore un des éléments pénalisant les femmes.

Alors oui, nous sommes en tant que femmes salariées, du public et du privé, toutes concernées par cette loi. Car elle met en cause nos progrès pour l’égalité, notre avenir.

Les prochaines étapes de la mobilisation contre cette loi sont déterminantes. La votation à organiser dans nos services tout le mois de juin. Et la manifestation nationale à Paris, le 14 juin prochain. Pour nous montrer déterminées à lutter contre cette régression sociale. En tant que travailleuses et en tant que femmes.

Partager