Accueil > Présentation > Historique

Historique

vendredi 22 janvier 2016, par clas

1er Octobre 2010

Organisation d’une soirée de soutien débat / concert à Soyons (proche Valence) avec The Angry Cats (Rock’n’Billy - Paris), Guarapita (Salsa Ska Punk - 95) et Damn’Dynamite (Anarko Punk - Grenoble)

Cette soirée était en soutien au projet du Collectif Libertaire Anti-Sexiste de publication d’un livre que nous sommes en train d’écrire à propos du viol. Nous en avons été victimes, et à présent que nous ne le sommes plus, nous voulons en témoigner et diffuser l’analyse que nous en faisons pour participer à la destruction du système qui le produit et le cautionne. Le viol est une torture physique et mentale banalisée et très fréquente dans toutes les cultures patriarcales ainsi que dans toutes les classes sociales. La majorité des viols ont lieu là où les représentations dominantes les situent le moins. Surtout au sein des familles. Alors s’impose la loi du silence et des non-dits au nom d’une illusion de cohésion. Mais l’hypocrite unité de celleux qui se donnent bonne conscience et se prétendent neutres, exige un sacrifice. Les rôles sont inversés, le coupable victimisé et la victime culpabilisée. Le viol est l’un des outils les plus archaïques et les plus tenaces de la domination masculine, et il est aussi l’une de ses conséquences les plus graves.


17 Mai 2009

Le 17 Mai 2009, une manifestation des anti-IVG était prévue à Lyon, nous ne pouvions pas les laisser faire sans réagir... Le collectif IVG 69 se créae et sait fait entendre en proposant un rassemblement festif ce même 17 mai.
Texte d’appel :

Parce que l’IVG est un droit, une liberté !

Nous ne vou­lons pas de ce qui se passe ailleurs :

Dans le monde, sur 80 mil­lions de femmes ayant des gros­ses­ses non dési­rées par an, 45 mil­lions avor­tent. Et selon l’OMS, 68.000 femmes meu­rent annuel­le­ment des suites d’avor­te­ments clan­des­tins.
Nous ne vou­lons pas de ce qui se passe ailleurs :
- En Hongrie, un avor­te­ment coûte le tiers d’un salaire et n’est pas rem­boursé sauf rai­sons médi­ca­les.
- En Europe de l’Est, les avor­te­ments pré­sen­tant des ris­ques sani­tai­res s’élèvent au mobre de 400.000.
- En Grande Bretagne, deux méde­cins doi­vent donner leur accord pour un avor­te­ment, aug­men­tant le risque de dépas­ser les délais.

Nous refu­sons les pra­ti­ques et les dis­cours mora­lis­tes et culpa­bi­li­sants :
Parce qu’un enfant si je veux et quand je veux.
Parce que la gros­sesse n’est pas tou­jours un choix.
Parce qu’une femme doit pou­voir jouir de son corps, sans peur et sans contrainte.
Parce que cette pra­ti­que ne doit pas retour­ner dans la clan­des­ti­nité !

Se mobi­li­ser pour que ce droit per­dure, et que cette loi soit res­pec­tée :

- Le nombre de cen­tres IVG et leur nombre de places res­tent insuf­fi­sants et obli­gent des femmes à aller avor­ter à l’étranger. Exigeons l’ouver­ture de nou­veaux cen­tres et le recru­te­ment de per­son­nels qua­li­fiés !

- La loi indi­que pour l’IVG un « droit de refus de soin » per­met­tant aux méde­cins de pou­voir refu­ser de pra­ti­quer cette opé­ra­tion. Cela n’existe pour aucun autre acte médi­cal. Exigeons son retrait !

Après le combat de nos ainé-e-s, « le mani­feste des 343 » regrou­pant des signa­tu­res de femmes affir­mant avoir eu recours à un avor­te­ment et s’expo­sant ainsi à des pour­sui­tes péna­les, nous nous devons de pro­té­ger ce droit à l’inter­rup­tion volon­taire de gros­sesse pro­mul­gué par la Loi Veil en 1975.

PARCE QUE NOUS REFUSONS DE LAISSER NOS CORPS À LA MERCI DES DOGMES RELIGIEUX ET ARCHAIQUES !

Organisations signa­tai­res :

ALE (Association pour L’Egalité), CGA- Lyon (Coordination des Groupes Anarchistes), CLAS ( Collectif Libertaire Anti Sexiste), CNT UD69 (Confédération Nationale du Travail), FSE ( Fédération Syndicale Etudiante), LDH (Ligue des Droits de l’Homme).


Février 2009

Participation à l’organisation d’une tournée de conférences par une militante de RAWA (Association révolutionnaire des femmes afghanistan).

Voir brochure


31 Janvier 2007

Sound system et loto en soutien aux féministes afghanes de RAWA au Centre Social Autogéré de la X rousse.

Petit rappel :

Depuis 2001 et l’inva­sion coa­li­sée sous direc­tion des Etats-Unis, un nou­veau régime a suc­cédé à celui des Talibans. Mais, loin de régler les prin­ci­paux pro­blè­mes qui se posent aux popu­la­tions et aux femmes en Afghanistan, ce der­nier a sub­sti­tué au règne des Talibans celui des sei­gneurs de guerre tri­baux et des cor­rom­pus, au ser­vice des entre­pri­ses étrangères.

Le conflit mili­taire, les bom­bar­de­ments et les incur­sions mili­tai­res dans les vil­la­ges pro­vo­quent des mil­liers de morts chez les civils et le chaos total, social, économique et poli­ti­que. Son seul résul­tat est de jeter un nombre tou­jours plus impor­tants d’Afghans dans les bras des Talibans. La France a une res­pon­sa­bi­lité majeure dans cette situa­tion : elle doit reti­rer immé­dia­te­ment ses trou­pes !

RAWA (asso­cia­tion révo­lu­tion­naire des femmes afgha­nes), fondée en 1977, s’est battue contre les inter­ven­tions étrangères suc­ces­si­ves en Afghanistan, contre les sei­gneurs de guerre et les Talibans - par exem­ple, en sco­la­ri­sant clan­des­ti­ne­ment des mil­liers de femmes, droit qui leur était refusé sous les Talibans.

Contre l’occu­pa­tion de l’armée fran­çaise en Afghanistan et en sou­tien à cette force pro­gres­siste, un col­lec­tif s’est cons­ti­tué sur Lyon. Son objec­tif : faire connai­tre le combat de ces femmes et orga­ni­ser la venue sur Lyon d’une de ces mili­tan­tes en mars 2009. Pour cela nous avons besoin de votre soli­da­rité !


24 Novembre 2007

Organisation d’une soirée débat / concert (avec Damn’dynamite - anarko Punk / Grenoble) pour la présentation et la sortie du manifeste du collectif.

Partager